mercredi 1 juin 2011

Bali - jour 7 et 8 - Cock fight club


18 mai

Dernier matin à Ubud. Après un petit déjeuner tranquille, je suis allée poursuivre mon matin de détente avec un massage balinais traditionnel. L'hôtel a aménagé un petit coin en plein air un peu en retrait des cottages en guise de salle de massage.



Les Balinais semblent avoir une grande histoire d'amour avec les fleurs. Chaque matin, lors de la prière, ils font la bénédiction avec une fleur dans les mains qu'ils saucent dans l'eau. À la fin des rituels, les hommes autant que les femmes, placent une fleur dans leurs cheveux. Les fleurs occupent aussi une place importante dans le panier d'offrandes fait aux dieux. C'est aussi la façon quasi officielle de souhaiter la bienvenue aux touristes. Tous les jours à Ubud, lorsque je rentrais le soir de mes péripéties, des fleurs fraîches m'attendaient sur mon lit, commode et tour du bain.


Je n'ai donc pas été surprise, lorsque je me suis étendue sur la table de massage de voir par terre, juste sous mon visage, un grand bol contenant fleurs et basilic pour me procurer un peu d'aromathérapie lors de mon traitement.


Après mon massage énergisant, j'ai libéré ma chambre et je suis partie au centre de la ville faire quelques emplettes avant mon départ.

Mon ami Ketut Danta était mon chauffeur pour me rendre à Tirta Gangga. Sur la route, nous sommes arrêtés dans un temple du nom de Goa kawah qui est partiellement construit dans une grotte où loge de centaines de chauves-souris. Une belle curiosité.

Arrivée à Tirta Gangga, j'ai réalisé que je devrais oublier le silence pendant un moment, car la maison de mes hôtes est littéralement située entre deux routes importantes. Le bruit constant des voitures est donc omniprésent. C'est dans une chambre très modeste que je passerai quelques jours avant de me rendre sur la côte.



Une fois mes choses installées, je suis allée faire un tour au palais d'eau. Le palais d'eau a été bâti en 1948 comme jardin pour le roi régional d'Amlapura. Il s'agit d'une succession de piscines et fontaines entourées de verdures, statues, ponts, etc. Ici aussi, on dit adieu à la tranquillité, car un des bassins est une piscine publique très prisée par les locaux. Le lieu est somme toute magnifique et vaut le détour.

Après un souper bruyant au petit resto familial sur le bord de la route, je suis allée prendre une douche (lire me rincer un peu avec une douche rudimentaire pseudo tiède) et je me suis fait un petit marathon de la saison Mad Men. Tout le monde capote sur la série, et je dois dire que "tout le monde" à vraiment raison. C'est bien écrit, les acteurs sont bons (ok, je l'avoue, tellement séduisant en plus!) et on voudrait avoir les robes de toutes les filles dans notre garde-robe. J'espère que le niveau se maintient de saison en saisons. À voir.

19 mai


Ce matin, je suis allée marcher dans les rizières et les villages environnants Tirta Gangga en compagnie d'un guide qui connaissait chaque petit sentier comme le fond de sa poche.






De toute évidence, c'était une rockstar dans le coin, car tous les gens le saluaient et lui piquaient une petite jasette. Lorsque je l'ai questionné sur sa célébrité, il m'a répondu « oui, oui je connais beaucoup de gens, car il y a 40 ans j'organisais des combats de coqs dans le coin ». Il faut savoir qu'actuellement les combats de coqs pour les paris d'argent sont illégaux, mais qu'ils sont tolérés dans le cas de cérémonies religieuses. Cela dit, c'est un spectacle dont sont très friands les Balinais et il est possible de voir des combats de coqs clandestins. D'ailleurs, beaucoup de Balinais gardent face à leur maison des coqs de combat dans des cages spéciales en guise d'animal de « compagnie ».



Comme j'étais motivée, il m'a fait faire la grande boucle de 3h. Une trek vraiment super facile, mais les paysages étaient photogéniques à souhait. Ici, l'argent c'est un peu compliqué dans les régions plus rurales. Le guichet automatique le plus près d'Amed, la ville côtière dans laquelle je me rends demain, est à 1h30 de route!

Lorsque j'ai su que je devais donc aller à la banque et que j'ai parlé de mes plans à mon pépé, il a décidé de m'accompagner en transport en commun au guichet le plus près. Le transport en commun, du nom de Bemo, consiste en une série de minivannes bourgognes roulant la porte de côté ouverte et prenant et laissant des passagers sur leur route à des arrêts non existants pour un tarif établi selon des règles ésotériques. Une chance que pépé était avec moi!



De retour à l'hôtel, je me suis changée et je suis allée en face au palais d'eau. Un groupe d'étudiants de 13-14 ans avait réquisitionné l'amphithéâtre pour présenter un genre de spectacle de fin d'année. Chant et danse étaient au programme. De ce que j'ai vu, les talons ridiculement hauts sont un « must » pour toutes chorégraphies et bien chanter n'est pas vraiment un pré requis pour avoir droit à son 5 minutes de gloire. C'était quand même divertissant et intéressant d'un point de vue social.



Je suis ensuite allée diner au restaurant de l'hôtel situé sur le terrain du palais d'eau le Tirta ayu. La nourriture était somptueuse. J'y ai mangé un des meilleurs rack de ribs de porc de toute ma vie et je rêve encore mon assiette de banane fritte crème glacée à la vanille. Méchant contraste avec le resto de ma pension qui arrive, par je ne sais quelle magie, à rendre immangeable un sandwich aux tomates.



J'ai donc profité de mon après-midi sur la terrasse, loin du bruit, à admirer le palace et à lire Wired.


Avant de retourner à ma pension, je suis allée admirer, durant plusieurs minutes, une centaine d'hirondelles se nourrir dans un grisant ballet aérien au dessus du bassin le plus à l'ouest du complexe. Fascinant.

Informations utiles 
  • Tirta Gangga est à environ 1h30 d'Ubud et l'activité principale est la marche. Pour une trek facile de 3 heures, il m'en a coûté 250 000 RP.
  • Si vous souhaitez passer une nuit dans le coin et disposez d'un bon budget, je vous conseille l'hotel Tirta Ayu qui est sur le terrain même du palace d'eau.
  • Ketut Danta est un chauffeur de taxi accrédité pour le transport de touristes qui parle très bien anglais. Il est fiable, généreux et n'hésitera pas à vous en donner plus pour votre argent. Il peut faire de longs trajets ou être embauché pour des visites locales dans la région d'Ubud. On le rejoint à 081 338 564118.
Caroline Cloutier

1 commentaire:

  1. Je suis d'accord avec vous les massages à Bali sont très énergisant !

    RépondreSupprimer